IL GIORNALE DEL VINO

Gigondas: l’appellation et la dégustation 2005

Posted in Articles en français, Aziende da conoscere, Degustando, Dossier terroir, Vini francesi by Patrick Maclart on marzo 16, 2009

Le nom de Gigondas viendrait du latin “Juconditas”, la joie. Il est vrai que cet écrin sudiste, planqué entre la plaine et les dentelles de Montmirail, respire une certaine quiétude et met au visiteur réceptif un sourire aussi naturel que sincère. En plus de la beauté du site, les odeurs de romarin qui viennent embaumer les narines parfument une langueur réconfortante. Une histoire riche, avec bien sûr une présence des ordres religieux et un rattachement à la principauté d’Orange jusqu’au XVIIème siècle.

Le vignoble s’étend en terrasses accidentées, tel un drap négligemment froissé sur un lit. Le terroir est constitué d’argiles rouges caillouteuses dont la couleur impressionne et réchauffe le regard. Etendues sur 1.200 hectares, les vignes se situent exclusivement sur cette commune. Limités à une production de 30 hectolitres à l’hectare, ces vins virils intéresseront l’amateur intelligent En effet, avec un encépagement à très forte dominante de grenache (jusque 80 %), avec syrah et mourvèdre en seconds violons (avec un minimum de 15 %), on se retrouve avec un assemblage très proche de celui de Chateauneuf son glorieux voisin, mais avec des prix s’élevant rarement au dessus de 10 €. Si Chateauneuf a aussi construit sa gloire sur ses 13 cépages, quel domaine peut encore s’enorgueillir les utiliser en totalité ? Air de famille, certes, mais la différence est aussi dans le terroir…

Le climat est bien sûr méridional, chaud et sec. Des pointes de mistral auront de toute façon vite calmé les éventuelles vélléités de la pourriture. Ces facteurs permettent à ces nectars d’arriver jusque 14.5 ° sous le capot, les moteurs ne sont pas bridés !

Je remercie encore le caveau de Gigondas pour cette magnifique dégustation, et je vous invite à découvrir la fabuleuse table “l’Oustalet”, située juste à côté du caveau. Cyril Glémot est autant humble que talentueux, et la discrétion du personnel s’harmonise avec le talent de la cuisine.

Une porte fermée… qui recèle quels mystères ? A voir, à entendre, à sentir…

Une chapelle solitaire, au pied du mont Ventoux…

Les dentelles de Montmirail, une espèce de barrière entre deux types de vins… Derrière : Beaumes de Venise, où il y a aussi d’excellents rouges, du côté de Suzette.

l’abbaye de Saint-Cosme, sur les hauteurs de Gigondas, où le panorama vers les dentelles est le plus mystérieux… Magnifique.

les absydes de cette même abbaye… L’art roman méridional dans toute sa splendeur.

DEGUSTATION

Château SABLET ***
nez vanillé, au grenache bien marqué. La bouche est bien faite, relativement ronde pour un Gigondas. La longueur est moyenne.

Domaine des Chênes Blancs ***(*)
nez très expressif, curieusement marqué par la syrah qui pourtant n’est pas majoritaire, violettes, poivre, épices, notes viandées. La bouche était bien faite, structurée mais dotée d’une certaine souplesse. Très agréable.

Domaine de la Colline Saint-Jean ****
assemblage de 75 % de grenache et de 25 % de mourvèdre, mûri 12 mois en fûts. A la dégustation, il donne une impression d’austérité et de sévérité au nez, avec des arômes minéraux et de garrigue. La bouche est virile, masculine, corsée, avec une impression de garde indéniable. Un grand vin.

Domaine des Espiers ***
au très beau nez de prunes, d’épices, de pâtisserie chaude. La bouche est bien faite, bien que l’expression aromatique y soit à ce niveau simple. Mais ça reste un beau vin. Il s’agit d’un assemblage de grenache à 65 % et de syrah pour le solde.

Domaine le Grand Bourjassot ***
présentait un beau nez de fruits noirs et d’épices. La bouche était quant à elle bien faite, ayant peu de densité, plus sur la longueur que sur la largeur. J’ai trouvé là un style différent et personnel. Belle longueur.

Domaine du Grapillon d’Or ****
j’ai trouvé un très beau nez, avec des notes de viande, de lard, et des touches minérales. La bouche est bien faite, avec les arômes du nez qui s’y retrouvent, le tout dans une bonne densité, une bonne longueur et une harmonie rare.

Domaine des Palliéroudas ****
Avec une bonne bouche, costaud et rustique, c’est un vrai vin de garde dont les arômes sont axés sur la prune, la violette, des notes d’herbes aromatiques. La proportion de grenache est importante (90 %), le reste est du mourvèdre. La longueur est phénoménale. Il faut suivre absolument ce domaine qui fera parler de lui dans les années à venir.

Domaine de Piaugier ***
présentait à la dégustation une très belle couleur, soutenue, un beau nez, avec des notes animales, mais avec hélas quelques amers trop marqués. La finale est convenable. L’assemblage privilégie une grande part de grenache (80 %).

Château de Saint-Cosme ****(*)
a le nez fermé, bien qu’on sente la qualité derrière ce mutisme d’apparence. La bouche est très bien faite, elle aussi fermée dans sa prime jeunesse. Encore ferme, elle développe des saveurs grillées, évoquant la noisette et le lard. On y trouve aussi les herbes de garrigue et le fruit mûr. Le tanin est généreux mais docile. Elevage soigné, vin de garde.

Domaine Saint-Damien *****
J’ai dégusté le Gigondas classique au beau nez de prunes, de terre, d’épices et de notes minérales. En bouche, c’est un garçon ! Viril, long, agréable, appelant des viandes de caractère, quelle entrée de gamme ! Ensuite, le Gigondas « les Souteyrades » est mon préféré. Issu d’une parcelle de vignes ayant 70 ans environ, le rendement est à 25 hectolitres par hectare. Puissance, feu, terre, le vrai goût du terroir dans un verre. Il faudra bien un sanglier pour bretter avec un tel vin ! Sa longueur est incommensurable, l’une des meilleures bouteilles jamais dégustées ; et un Gigondas « la Louisianne » plus en recul, plus discrète. Pourtant, les vignes sont âgées elles de plus de 80 ans, et le rendement est encore plus ridicule. Cependant, sa réserve, sa retenue, m’ont moins charmé. Il est certes très bon, mais il faut probablement le déguster dans quelques années.
Une adresse que tout amateur de vin puissant et authentique se doit de visiter, ou tout au moins avoir quelques flacons dans sa cave.

Domaine de la Soumade ****
Le Gigondas classique est bien fait au nez et magnifique en bouche. La longueur est géniale, l’équilibre parfait, les arômes de garrigue et de cerises à l’eau-de-vie bien présents.

Patrick Maclart

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: